Ces grands barrages controversés

Trois exemples de grand barrages qui montrent les conséquences lourdes sur l’environnement et les populations

L’implantation d’un grand barrage pour la production hydroélectrique est souvent controversée. Les conséquences sur l’environnement mais aussi sur le milieu humain sont souvent dénoncées. Zoom sur les types de problématiques engendrées a travers trois exemples sur différents continents.

 

Gibe III, barrage éthiopien le plus haut du pays

 

Inauguré en décembre 2016, le barrage Gibe III est le plus haut d’une série d’ouvrage hydroélectrique (24 m). En conséquence, les déplacements de populations sont induits par l’installation qui met à mal le niveau du cours d’eau Omo en aval jusqu’au lac Turkana au Kenya. Même si les autorités compétentes affirment qu’un débit régulier sera assuré, le grand barrage diminue le niveau d’eau en aval. En plus des conséquences sur les habitants contraints à se déplacer, un conflit géopolitique peut éclater puisque le projet met en cause l’Ethiopie et le Kenya situé au sud.

 

Barrage de Jirau au brésil, responsable d’une déforestation massive

 

Au Brésil, c’est le Rio Madeira qui s’est vu équipé d’un grand barrage hydroélectrique. En pleine forêt amazonienne, les conséquences sur les espaces boisées sont colossales. La déforestation est inévitable en amont du barrage (création de réservoirs-lacs) comme en aval (réduction du lit de rivière et donc la qualité du lieu). Indirectement, la faune est impactée et les conséquences se répercutent sur les villageois qui utilisent le cours d’eau comme ressource au quotidien.

 

Le barrage des Trois Gorges, vers une croissance des risques

 

Le projet le plus controversé est sans doute le barrage des Trois Gorges en Chine, installé sur le fleuve bleu Yangtse. Ce très grand barrage hydroélectrique a a également des conséquences en termes de déplacements des populations et sur la biodiversité comme pour les deux exemples précédents. En plus, cet ouvrage entraîne une augmentation des risques naturelles et technologiques. En premier lieu, une pollution chimique est dénoncée suite à la sédimentation contre le barrage. A ce risque, il faut ajouter l’augmentation des glissements de terrain avérés sur la zone ainsi qu’une croissance du risque sismique. Le poids des eaux retenues par l’installation génère un risque pour le barrage lui-même puisque le risque de rupture est de plus en plus élevé. Si cela se produit, l’impact sur les populations et le milieu seraient désastreuses…

Partages 0