La France, à l’avant-garde de l’hydroélectricité

L’énergie hydroélectrique émane de celle des flux des cours d’eau. Elle est obtenue à la suite d’un processus au cours duquel la puissance du courant de l’eau se mue en énergie mécanique sous l’action d’une turbine avant de se transformer en électricité. Au rang des énergies renouvelables, l’hydroélectricité se classe en tête dans le monde. En 2011, 16,3 % de l’énergie électrique provenait de cette source. En France, selon les statistiques datant de 2012, l’hydroélectricité produit à elle seule 63,8 TWh, ce qui représente 11,8 % de toute l’électricité du pays. Pour en savoir plus : https://www.fournisseur-energie.com/edf-fournisseur-historique/abonnement/

L’hydroélectricité au premier plan des énergies renouvelables

Derrière la Norvège, la France est le premier producteur européen de l’énergie hydroélectrique. Son parc hydraulique a une puissance de 25 421 MW. Son réseau hydroélectrique jouit d’une bonne stabilité. De ce fait, le pic de la production a été atteint en 2014, même si cette production a connu une baisse notable en 2015. Mais ladite baisse n’a eu aucun impact sur la prééminence de l’hydroélectricité dans l’Hexagone. Il faut d’ailleurs souligner que les centrales hydroélectriques en France connaissent leur envol le plus significatif au cours de la décennie actuelle.

 

Pour soutenir sa production d’électricité, 2500 installations sont réalisées. Plus de la moitié d’entre elles sont des centrales hydroélectriques. La puissance hydraulique de 95 d’entre elles se situe entre 50 et 600 MW. Ces dernières totalisent à elles seules 58 % de la totalité de la production nationale. Dès lors, il faut le dire tout de suite, l’hydroélectricité est la première source d’énergies renouvelables en France.

 

Une ressource complémentaire

En 2016, une énergie de 68 TWh provenant des centrales hydroélectriques a été consommée par les Français. 40 % de la population totale a bénéficié de cette source d’énergie. La production hydroélectrique, c’est environ 12 à 14 % de la production totale en électricité. De même, elle représente les 1/3 de l’électricité issue des énergies renouvelables du pays. La France veut se donner tous les moyens nécessaires pour une transition écologique réussie, une donnée fondamentale de sa politique. Pour ce faire, elle accorde une place de choix aux énergies renouvelables. L’énergie hydroélectrique répond à cette problématique. Pour la produire, les barrages sont érigés pour stocker l’eau dans de grands réservoirs.

 

La production hydroélectrique n’est pas stable, car elle repose essentiellement sur les précipitations, un élément de la nature dont la disponibilité n’est pas constante. Ainsi, la production peut connaître des envolées importantes, allant jusqu’à 15 % au moment où la ressource hydraulique est abondante. Elle peut également chuter jusqu’à 30 % au moment où la sécheresse sévit.

 

Pour assurer la bonne gestion des centrales hydroélectriques, l’État a mis des concessions en place. À cet effet, 400 concessions hydroélectriques existent. D’une durée d’environ 75 ans, elles sont attribuées par le gouvernement à des entités privées.

 

En conclusion, la production hydroélectrique de la France connaît peut être des insuffisances, mais elle reste la plus importante en comparaison avec celle émanant des autres sources d’énergies renouvelables. La place de prédilection occupée par l’hydroélectricité est liée aux centrales électriques dotées d’une grande capacité.

 

Partages 0